Preview – Foo Fighters, Wasting Light

Mercredi soir, j’ai été invité chez Sony Music pour écouter le nouvel album des Foo Fighters. Celui-ci sera disponible demain chez tous les bons disquaires ! Une fois installé, on lance la plaque et là… C’est la claque !

Le rock n’est pas mort !

Exit les petits emo pseudo rockeur qui suivent la mode. On retourne au pur rock, quelque chose d’enraciné ! Le genre de CD que vous laissez tourner dans votre bagnole tout en avalant du bitume. Un petit cabrio Muscle Car associé à la Route 66. Un kiffe unique ! Dave Grohl est un génie ! Passons aux choses sérieuses avec les 11 morceaux de cette tuerie.

Foo Fighters - Wasting Light - Album Cover

 

  1. « Bridge Burning »
  2. « Rope »
  3. « Dear Rosemary »
  4. « White Limo »
  5. « Arlandria »
  6. « These Days »
  7. « Back  Forth »
  8. « A Matter Of Time »
  9. « Miss The Misery »
  10. « I Should Have Known »
  11. « Walk »

 

 

Le premier morceau, Bridge Burning donne le ton. L’album sera fort, sera dur, sera résolument rock.

On enchaine avec avec Rope , single de la plaque confirme cela.

Dear Rosemary, plus calme sans pour autant perdre sa rythmique rock.

White Limo s’enchaîne avec un son plus expérimental, une voix à moitié étouffée dans un tuyau qui donne un effet violent, mais purement jouissif. Ça fait longtemps que je n’avais plus entendu Dave Grohl comme ça. C’est dingue, je kiffe.

Arlandria nous jette dans un tourbillon semi-mélancolique qui gagne en puissance au fur et à mesure des notes.

These Day, milieu de l’album, on apaise un peu les esprits, même si les riffs sont là. Et BAM ! La souche rock nous fige sur place !

Black and Forth sent la Californie, les longboard, la chaleur de l’été. Une jeunesse insouciante.

A Matter of Time, les premières notes sonnent comme un branchement de guitare avant un concert, oh yeah ! 8 chansons écoutées pendant que j’écris ces lignes, et pas un bémol ou une baisse de rythme. Le rock est là et bien présent ! Moins grand public que le précédent album, mais on kiffe. Une envie, ouvrir les fenêtres et pousser le son

Miss the Misery. La clôture de l’album s’annonce tout aussi puissante. Cette plaque n’est pas graduelle. Sur certains albums les mauvaises chansons sont reléguées à la fin. Mais ici, la corde est tendue de bout en bout, Miss The Misery, nous le montre bien !

I Should Have Known, 2e morceau expérimental, un petit son symphonique qui atmospherise le morceau. Même si les riffs sont plus posés. On imagine bien une pluie d’été chaude tapant contre les vitres… Il ne faut qu’un pas pour partir courir sous la pluie.

Le final avec Walk, graduellement la puissance s’installe et monte cran par cran ! Whooooah ! On a du mal à croire que c’est déjà la fin. On en demande plus !

Dernières notes qui closent magnifiquement bien cet album

Foo Fighters- Band

En écoutant j’ai l’impression de revenir à mes années concert, premier groupe de rock de potes, première bière, premier pogo. Tout y est. Un rock pur, sans fioritures électroniques. Cet album me donne envie de retourner en concert, d’aller apprécier un artiste, d’avoir les oreilles qui bourdonnent en le couchant. Un album qui trônera dans ma voiture au côté de mes meilleures achats. Puissant de bout en bout. Si vous cherchez quelques choses de pur de puissant d’ensoleillées, jetez-vous dessus, ouvrez les fenêtres et profiter ! Let’s rock !

Et pour le bonus, je vous mets White Limo en écoute, une bombe sans nom ! De loin ma préféré de l’album